Handicap mental : Difficultés et réponses

 

 

L’Unapei considère que le handicap mental est d’abord la conséquence
 
sociale d’une déficience intellectuelle. Ainsi, le handicap mental
 
se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion,
 
de conceptualisation, de communication, et de décision.
 
 
 
Difficultés :
 
          - Comprendre son environnement
          - Comprendre les concepts généraux et abstraits
          - Se repérer dans l’espace et/ou dans le temps
          - Fixer son attention, se concentrer
          - Mobiliser son énergie
          - Traiter et mobiliser les informations orales et sonores
          - Apprécier l’importance des informations
          - Utiliser les automates et autres appareillages
          - Maîtriser la lecture et l’écriture
          - Maîtriser le calcul et le raisonnement logique
          - Apprécier la valeur de l’argent
          - S’exprimer
          - S’adapter aux changements imprévus
 
 
Conséquences : 
 
          - Prendre des décisions
          -  Faire un choix
          -  Etre déstabilisé en cas de situation imprévue  (changement de trajet, d’interlocuteur …)
          -  Maîtriser les savoirs de base (lire, écrire, compter)
          -  Assumer les tâches de la vie quotidienne (remplir un formulaire, régler une dépense, faire ses courses)
          -  Etre influençable et vulnérable : risques d’abus
 
 
Moyens à mettre en place : 
 

Nécessité de mettre en place les moyens techniques et humains :

          - Pour bénéficier d’un accueil et d’un accompagnement adaptés de qualité
          - Pour accéder à la compréhension de l’environnement
          - Pour s’y repérer et s’y déplacer facilement
          - Pour accéder à l’information
          - Pour utiliser les équipements et les services à disposition des usagers
          - Pour que chacun participe, selon son degré de handicap, à tous les aspects de la vie quotidienne et exprime ainsi pleinement ses capacités
 
 
Quelques règles simples :
 
          - Adopter un ton chaleureux, naturel et non emprunt de pitié
          - Être à l’écoute, patient et prendre le temps qu’il faut pour renseigner, orienter et conseiller
          - Parler normalement en utilisant des mots faciles à comprendre sans infantiliser
          - S’adresser à la personne handicapées mentale directement et non à l’accompagnateur
          - Laisser la personne réaliser seule certaines tâches, même si cela prend du temps (remplir un formulaire …)
          - Ne pas hésiter à avoir recours à l’image, le gestuelle
          - Si les indications d’orientation sont trop complexes, accompagner la personne
          - Organiser son accompagnement, expliquer qu’une autre personne va prendre le relais
          - Proposer de l’aide mais ne pas l’aider à tout prix : laisser la personne réaliser certaines tâches
          - Agir avec bon sens
          - En cas de difficultés, demander à la personne handicapée mentale le numéro de téléphone de la personne à contacter (parent, établissement …)