Handicap mental, cognitif et psychique

 

 

- Le handicap mental est la conséquence d’une déficience intellectuelle

La déficience intellectuelle peut être considérée comme une capacité plus limitée d’apprentissage et un développement intellectuel significativement inférieur à la moyenne. Il se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication, de décision etc…

 

- Le handicap cognitif est la conséquence de dysfonctionnements des fonctions cognitives

Ce sont les troubles de l’attention, de la mémoire, de l’adaptation au changement, du langage, des identifications perceptives (gnosies) et des gestes (praxies). Le handicap cognitif n’implique pas de déficience intellectuelle mais des difficultés à mobiliser ses capacités.

 

- Le handicap psychique est la conséquence de troubles psychiques invalidants

Comme le handicap cognitif, le handicap psychique n’implique pas de déficience intellectuelle. Il est caractérisé par une alternance d’états psychiques calmes ou tendus et par des difficultés à acquérir ou à exprimer des habiletés psychosociales, avec des déficits d’attention et des difficultés à élaborer et suivre un plan d’action. Il peut donc notamment se traduire par des angoisses, des troubles cognitifs (mémorisation, attention, capacités d’organisation, d’anticipation, adaptation au contexte de la situation) et des difficultés dans la relation à autrui et la communication.