Aides aux Projets Vacances (APV)

 

 

Aide aux Projets Vacances

 

Guide APV (télécharger)

 

 

Vacances accessibles à tous

 

Le droit aux vacances n’est pas un luxe. Il permet de développer des liens sociaux essentiel, source d’enrichissement personnel pour chacun, que l’on soit porteur d’un handicap ou pas. Mais, partir en vacances est d’autant plus indispensable pour les personnes handicapées et leurs proches – parents, aidants familiaux, frères, soeurs – souvent isolés et en marge de la société.

 

Avec le partenariat Unapei-ANCV, les associations membres de l’Unapei peuvent répondre à ce besoin.

 

 

Partir en vacances, c'est construire un projet

 

Pour un enfant il est important de partir avec des personnes de son âge, avec ou sans ses parents.

Les parents ont aussi le droit de souffler, et de partir de leur côté ou avec leur enfant, ou encore, de pouvoir profiter d’un organisme adapté qui allie activités pour le jeune et temps libre pour les parents.

 

Pour un adulte handicapé mental, partir en vacances, c’est aussi construire son projet, parfois de nombreux mois à l’avance, et travailler à l’acquisition de plus d’autonomie, à la constitution d’une épargne pour auto financer une partie du séjour, c’est rechercher le séjour le plus adapté… ou partir pour la première fois.

 

Si les ressources limitées de l’adulte handicapé et de sa famille rendent ces projets difficilement réalisables, les APV peuvent financer pour partie ces séjours (d’autres aides peuvent compléter ce financement).

 

 

Les référents vacances

 

Les référents vacances sont des professionnels ou des bénévoles. Ils sont issus des associations et/ou des établissements.

Leur rôle est de centraliser pour l’association toutes les demandes. Ils deviennent les interlocuteurs uniques de l’Unapei pour le suivi des dossiers et des aides attribuées.

 

 

Des aides budgétaires importantes

 

Beaucoup d’établissements, pour permettre à leurs usagers de partir en vacances, consacrent une partie de leur

budget aux financements de séjours individuels ou en groupe.

 

A l’heure des restrictions budgétaires, les aides aux projets vacances (Unapei-ANCV,

ou autres dispositifs d’aides) constituent des moyens pour limiter la dépense à la partie restant à charge des

futurs vacanciers (voir règles ci-après).

 

 

Montants et conditions

 

Le barème des aides varie en fonction de la qualité d’adhérent ou de non adhérent, de la durée du séjour.

 

 

 

Adhérent Unapei

 

Non-adhérent Unapei

De 2 à

4 jours

De 5 à

8 jours

De 9 à

22 jours

 

De 2 à

4 jours

De 5 à

8 jours

De 9 à

22 jours

 

Personne

Handicapée

Intellectuelle

 

 

Maximum

300 €

 

Maximum

500 €

 

Maximum

700 €

 

 

Maximum

150 €

 

Maximum

350 €

 

Maximum

450 €

 

Famille

avec une personne

handicapée

intellectuelle

 

 

 

Maximum

150 €

/personne

 

 

Maximum

250 €

/personne

 

 

Maximum

350 €

/personne

 

 

Maximum

100 €

/personne

 

 

Maximum

200 €

/personne

 

 

Maximum

300 €

/personne

 

 

À noter que les travailleurs d’ESAT ou retraités d’ESAT doivent utiliser le dispositif du CCAH (Comité national Coordination Action Handicap).

 

 

Les règles d'éligibilité les plus importantes

 

- Les aides ANCV ne peuvent pas être attribuées à des transferts

- L’organisme de vacances doit accepter les Chèques-Vacances comme moyen de paiement

- Le Quotient Familial CAF doit être inférieur ou égal à 900 € (pour le barème du revenu fiscal de référence, voir le guide)

- Le coût journalier du séjour ne doit pas dépasser 150 € (dérogation possible si le coût de l’accompagnement lié à la lourdeur du handicap est justifié)

- 1 seul départ par an peut bénéficier d’une aide APV

- Les aides APV ne peuvent pas être cumulées pour un même séjour